Marque employeur : ce que les candidats attendent

À l’heure où le marché de l’emploi se tend, les entreprises ont tout intérêt à soigner leur marque employeur pour donner aux candidats le courage de changer de poste et de les rejoindre. Quels arguments doivent-elles valoriser ? Quelles sont les attentes des candidats vis-à-vis de leur futur employeur ? La parole aux principaux intéressés.

Une rémunération attractive

On ne va pas se mentir : la rémunération reste l’un des premiers leviers d’attraction des candidats, mais aussi de fidélisation des salariés. Une étude réalisée en août 2020 par l’IFOP pour Figaro Insiders auprès de 1003 salariés place la politique de rémunération comme second facteur d’attractivité (cité par 46 % des sondés), coude à coude avec l’ambiance de l’entreprise (48 %). « La rémunération a participé à ma décision de rejoindre mon entreprise, autant que la qualité de vie au travail », témoigne Manon Israël-Alexandre, chargée de recrutement depuis le mois de septembre chez iViFlo.

Un processus RH transparent

Le processus de recrutement de l’entreprise est assurément la vitrine de sa marque employeur. Lorsqu’Alice Axelrad a rejoint le cabinet de chasse de tête Walb Partners en tant que stagiaire puis en tant qu’associée junior, c’est la réactivité des interlocuteurs durant le processus RH qu’elle a le plus apprécié. « Entre le moment où le cabinet a reçu ma candidature et le moment où j’ai obtenu une réponse, il s’est passé environ deux semaines. À l’issue de chaque entretien, je recevais un feedback sur nos échanges et les équipes me donnaient une visibilité sur les prochaines étapes. Par ailleurs, lorsque je leur ai parlé de l’étude de cas sur laquelle j’avais travaillé, j’ai reçu des commentaires enrichissants. »

Les coulisses de l’entreprise dévoilés

L’étude de l’IFOP confirme que les informations sur le quotidien de l’entreprise (conditions matérielles, ambiance de travail…) sont celles qui intéressent le plus les candidats potentiels (30 % des réponses), devant les informations sur son activité et ses métiers (24 %). C’est encore mieux si les coulisses sont dévoilées par les salariés eux-mêmes. « À l’occasion d’un entretien, les équipes m’ont permis d’échanger seule avec un stagiaire qui venait d’être recruté en CDI. J’ai pu lui poser toutes mes questions, notamment sur l’ambiance de travail et les formations proposées par le cabinet. Cet échange m’a aidé à me projeter dans l’entreprise », illustre Alice Axelrad.

Une flexibilité dans l’organisation du travail

Considéré comme « la cerise sur le gâteau » il y a encore quelques mois, le télétravail est désormais un pré-requis côté candidats depuis le début de la crise du Covid-19. La flexibilité dans l’organisation du travail, notamment en matière d’horaires, est un critère d’attractivité pour un tiers des sondés, selon l’IFOP. « Dès mes premiers échanges avec iViFlo, j’ai parlé du télétravail car j’habite en province et l’entreprise est basée à Paris. C’est une pratique qu’elle n’avait jusqu’ici pas expérimentée. Pourtant, mon interlocuteur a d’emblée accepté. Ce fût une belle preuve de confiance dans la mesure où nous ne nous connaissions pas encore », raconte Manon Israël-Alexandre.

https://recruteur.lefigaro.fr/article/marque-employeur-ce-que-les-candidats-attendent/