Environnement : le ciment écologique pourrait faire chuter les émissions de CO2

Le secteur des transports (voiture, avion,…) est souvent présenté comme un des premiers responsables des émissions de gaz à effet de serre qui contribuent au dérèglement du climat, avec l’agriculture, et la production d’électricité. Mais ils ne sont pas les seuls à émettre du CO2, et certains secteurs pourtant très pollueurs sont méconnus, comme la production de ciment, qui représente environ 8% des émissions mondiales de CO₂. En raison de cette proportion énorme, l’utilisation de ciment plus écologique pourrait faire radicalement baisser les émissions de CO2.

La construction, un secteur clé pour faire baisser les émissions de CO2

Alors qu’il y a 200 ans,  au début de la  révolution industrielle, notre  empreinte carbone était proche de zéro, aujourd’hui, elle représente plus de la moitié de notre empreinte écologique globale. L’utilisation des ressources naturelles par l’être humain dépasse maintenant largement les capacités de renouvellement de la planète. Cela est dû en grande partie au secteur de la construction, qui est le deuxième plus gros consommateur de ressources naturelles et matières premières comme l’eau et le sable pour produire plus de 10 milliards de tonnes de ciment chaque année.
Les zones urbaines sont chaque année plus étendues, les constructions plus nombreuses, et un passage à un ciment plus durable pourrait être une des manières les plus radicales et efficaces pour réduire les émissions de CO2.

Des alternatives plus durables au ciment Portland traditionnel

Selon une étude des Nations Unis de nombreux ciments à faible teneur en CO₂ constituent des alternatives plus durables au ciment Portland traditionnel. Le ciment Portland est produit en chauffant un mélange de calcaire et d’autres minéraux à environ 1 450 ° C, un processus qui entraîne des réactions chimiques qui libèrent de grandes quantités de CO₂. Mais d’autres matériaux peuvent être utilisés dans le béton, soit en mélange avec du ciment traditionnel, soit comme liant (ou «colle») eux-mêmes, sans aucun ciment Portland.
Brant Walkley, maître de conférences au Département de génie chimique et biologique de l’Université de Sheffield  explique dans The Conversation les avantages de l’utilisation de matériaux générés en grande partie à partir de déchets industriels ou de sous-produits tels que les cendres volantes de charbon, les scories de hauts fourneaux, les argiles calcinées, le calcaire finement broyé ou les fumées de silice.
La production de ces matériaux entraîne des émissions de CO₂ bien inférieures à celles du ciment Portland. Cela se traduirait par une réduction des émissions de CO₂ de 50% à 80%, selon la technologie utilisée.

Le ciment comme pilier de l’économie circulaire

Des efforts importants ont été faits ces dernières années pour recycler le béton et autres déchets à base de ciment, notamment en produisant des granulats recyclés. André De Herde,  professeur à la faculté d’architecture durable et d’urbanisme de l’UCLouvain, considère que la récupération du béton pour l’utiliser pour les nouvelles constructions devrait être généralisée, car la construction, la rénovation et la démolition sont responsable d’environ 50% des déchets produits chaque année dans le monde.
Favoriser l’emploi de matériaux réutilisables à toutes les étapes de la chaîne de production tout en investissant dans la recherche de matériaux plus écologiques pourrait donc avoir un impact massif sur l’empreinte carbone du secteur de la construction.L’utilisation de ces matériaux dans le ciment améliore en plus sa résistance et sa durabilité.
Les scientifiques de l’Institut royal de technologie de Melbourne (RMIT) ont démontré, par exemple, qu’une combinaison de gravats de construction et de vieux pneus  pouvait être utilisée comme matériau durable pour la construction de routes.  Cela permettrait de donner une deuxième vie aux pneus, qui sont chaque année jetés par milliards dans le monde.

Premiers pas vers une construction plus durable des villes en France

En France, le premier immeuble à utiliser un béton composé de granulats recyclés a vu le jour début 2020. Le premier fabricant de béton 100% recyclé, Poullard, utilise les gravats concassés, criblés et triés, puis lavés des chantiers proches. Le bâtiment en question, la résidence “Le Onze”, située à Chartres (Eure-et-Loir) est donc le premier premier immeuble neuf construit avec du béton recyclé.
Selon Brant Walkley, cité par The Conversation, une chose est maintenant claire comme de l’eau de roche: il est essentiel de radicalement changer la manière dont nous construisons nos villes, en passant à des technologies de ciment durable qui réutilisent les déchets industriels et conduisent une économie circulaire. Il est contradictoire de culpabiliser ou de faire des efforts dans les secteurs des transports, de l’alimentation, sans agir aussi dans la construction.

Auteur(s): FranceSoir Publié le 28/08/2020 à 11:02 – Mise à jour à 11:22